Festival Musiques Métisses 2019

Festival Musiques Métisses 2019

C’est sous un soleil embrasé que le premier des festivals de musiques du monde a donné le coup d’envoi ! Pour sa 44ème édition, le Festival Musiques Métisses a investi le parvis des Chais Magelis, un site en bord de fleuve et au coeur d’Angoulême « qui fait l’unanimité grâce à sa bonne dimension », précise Patrick Duval, directeur du festival. Les artistes invités, répartis sur les quatre scènes du lieu, représentent avec vivacité la sono mondiale, issus qui d’Afrique du Sud, qui du Maroc, qui du Kenya… mais d’autres événements ponctuent la programmation : rencontres littéraires et projections de films sont autant de rendez-vous métissés qui témoignent d’une envie toujours plus forte de croiser les arts et les cultures.

 

VENDREDI 31 MAI – MUSIQUES MÉTISSES J1

À l’heure de l’apéro, la canadienne Mélissa Laveaux a convoqué le parterre du jardin de la Maison Alsacienne à un voyage dans le temps pour Haïti, scandant des mélodies empourprées et des récits d’une résistance douce-amère avec des titres comme Angeli-ko. Ce terrain, occupé à ce jour par la régie Cinéma de la Région Nouvelle-Aquitaine, se révèle tout au long du week-end l’endroit idéal pour alterner les multiples formes d’expressions artistiques. Dans son dernier album Radyo Siwèl, paru sur le label défricheur No Format, la chanteuse revisite un patrimoine aux échos étouffés par la colonisation américaine du début du XXème siècle avec une délicieuse malice dans la voix. 

Plus tard, c’est la coréenne Youn Sun Nah, improvisatrice inclassable et hors-norme, qui a ensorcelé la grande scène du festival par son chant hypnotique, osant sans détours des reprises-hommages épurées de Hallelujah (dans une version plus proche de celle de Jeff Buckley que de Leonard Cohen) ou Sans toi (de Michel Legrand).

Marina P & Stand High Patrol, figures-phares de la scène soundsystem, ont pris la relève pour un show dub accompagné d’un VJing . Les basses puissantes, l’énergie de Marina et des tubes comme Brest bay ont participé à l’osmose générale de la foule, contaminée.

   marinap-standhighpatrol2

SAMEDI 1er JUIN – MUSIQUES MÉTISSES J2

Pour cette deuxième journée de festival, le planning est dense : pas moins de neuf concerts et sept rencontres littéraires investissent les différents espaces des Chais Magelis. Des choix éclectiques s’offrent aux festivaliers qui peuvent tour à tour (re-)découvrir le splendide I am not your negro de Raoul Peck sur grand écran, participer à un atelier de construction d’instruments à la Casamarmaille et déambuler en rythme avec l’Ensemble National de Reggae.

À 16h30, sous les 31° désormais quotidiens, Kei Mc Gregor et son band s’installent et font monter encore de quelques Celsius le climat général. Les plus téméraires se déhanchent au rythme de cette fanfare jazz sud-africaine, et tel un mirage dans l’extrême chaleur, on croit percevoir le visage épanoui du regretté Chris Mc Gregor.

On met le cap vers le nord-est de l’Afrique, direction Nairobi : la prêtresse de l’afro-dopeness Muthoni Drummer Queen monte sur scène ! Tutu sexy, tresses jusqu’aux genoux, elle enflamme le dancefloor accompagnée de ses acolytes tout aussi percussives. Militante féministe, cette jeune reine kenyane qui se revendique volontiers dans l’héritage d’une Maya Angelou nous confie dans son interview (à venir dans nos pages !) qu’elle aurait secrètement rêvé de partager le plateau avec Prince

La journée est loin d’être finie, et une pause s’impose. On s’installe donc sur la pelouse généreuse du jardin de la Maison Alsacienne pour assister à la rencontre littéraire entre Blaise Ndala, auteur de Sans capote ni kalachnikov (2017) dont la trame se déroule sous la dictature de son Congo originel, et le chanteur Blick Bassy qui raconte dans Moabi Cinéma (2016) une autre histoire de l’immigration. « J’ai décidé de faire un livre pour sensibiliser les jeunes africains aux questions d’immigration et leur rappeler l’urgence de reconstruire notre continent. Tout en précisant aux nations « puissantes » que la mobilité est innée et essentielle pour chaque individu. On ne peut pas continuer à parler de droits de l’homme et d’égalité alors qu’il y a encore des espaces où lorsque tu as envie de partir, il faut que celui qui a tracé les barrières de ton pays t’en donne l’autorisation. Aujourd’hui un camerounais qui travaille et qui a de l’argent ne peut pas sortir du territoire pour partir en vacances car il va se confronter au problème du visa qu’il n’est pas sûr d’obtenir. J’ai la chance de voyager, de rencontrer énormément de cultures différentes, et ça m’a donné une grande lucidité. Je vois bien que quand je dois me déplacer pour mes concerts, à la frontière, mes musiciens passent d’abord et moi je reste bloqué. Pourtant je suis le leader du groupe, mais j’ai un passeport camerounais. J’ai écrit ce livre pour dire aux africains qu’il est temps pour nous d’écrire notre propre storytelling et voir comment on pourrait sortir de cette impasse dans laquelle nos pays ont été livrés. »

07-blick-bassy   

Il conclut avec un concert tout en douceur où les titres de son dernier album 1958 se mêlent à l’air chaud et au souffle d’un public captivé, à l’écoute de ces chants mélancoliques en hommage à l’indépendantiste Ruben Um Nyobè. 

La soirée prend une autre tournure avec l’arrivée de Fatoumata Diawara sur la Grande scène. Toute de blanc vêtue, elle s’agite comme une sorcière malienne viendrait envoûter les derniers indécis : la piste s’anime et se fait plus compacte pour des morceaux comme Bonya. Le charme opère…

Le dernier concert dure près de deux heures, avec en place Seun Kuti, fier héritier de son père Fela qui porte haut les couleurs de l’afro-beat « new generation » grâce à son énergie et ses musiciens. Les lumières jouent avec les couleurs flamboyantes de son costume, il passe du micro au clavier avant de convoquer le public à une danse électrisante. Les spectateurs en redemandent, et viennent finir de mouiller leur chemise sur le dj set de L’Enfant sauvage.

08-fatoumata-diwara   

DIMANCHE 3 JUIN – MUSIQUES MÉTISSES J3

Le cru étant excellent cette année, le dernier jour de festival est à la hauteur des précédents !

À peine remis de la soirée de la veille, on se faufile dans la jauge du jardin de la Maison Alsacienne, sous une chaleur encore plus torride. Pas le temps d’espérer un rafraîchissement : un coup de batterie et un riff de guitare suffisent à nous faire comprendre que Delgres n’a pas l’intention de nous faire perdre le rythme. Le trio nous sert un concert décapant, tantôt blues, tantôt rock, aussi endiablant qu’émouvant lorsque Pascal Danaë se met à évoquer la force de sa soeur à laquelle il dédie Pardone mwen.

On en sort comblés, souriant au ciel et à la lumière, implorant néanmoins la brise de se lever pour pouvoir garder le tempo. Sur la Grande scène, les sud-africains BCUC doivent arriver; le public est épars et on a peine à croire que le parvis va se remplir tant les gens semblent attirés par les foodtrucks et autres emplacements de boissons fraîches. Puis, l’un après l’autre, les membres du groupe se placent, lancent un rythme ou deux, et Zithutele « Jovi » Zabani Nkosi, chanteur ô combien habité par une force suprême, se met aux commandes. On se laisse posséder par son discours, sa gestuelle, sa fureur; il invoque Nelson Mandela et la paix entre blancs et noirs « all over the world ». Tel un prêcheur de gospel, il est un brasier ardent, porté par les mélodies de la mystique Kgomotso  qui insuffle une essence divine à cette transe du feu. Le public est emporté, soumis, et ne veut plus quitter Jovi (« don’t stop the music ! ») qui, en nage, doit pourtant laisser la place à la suite. Pour honorer cette communion, il se mêle à la foule qui vient le remercier et l’embrasser.

12-bcuc    

Après cette expérience chamanique, on se détend un peu au jardin pour accueillir avec le mérite qu’on lui doit le chanteur Sofiane Saïdi accompagné des musiciens de Mazalda. On se souvient du concert incroyable donné au New Morning à l’automne, où les youyous et les pas de la communauté résonnaient aussi fort que la scène elle-même. À Angoulême, sans cette familiarité du public, la formule a fonctionné tout autant. Le parterre s’est laissé entraîner par cet hommage à une Algérie fière qui se relève enfin, par ce raï d’aujourd’hui qui mêle les accents traditionnels à des influences plus contemporaines, comme sur le titre abrasif El Ndjoum, titre-phare d’où est tiré le nom de l’album.

La jeune marocaine de Glitter prolonge ce mélange des genres, puis c’est le projet de Panda Dub qui a provoqué la liesse générale en cette fin de festival. Enfin, pour les plus courageux que le dimanche soir n’effraie pas, ils ont pu revisiter des pépites de la sono mondiale distillées par Martin Meissonnier, journaliste, producteur et réalisateur, toujours avide de faire partager sa subtile connaissance des musiques du monde.

Toute bonne chose a une fin, et c’est le coeur à la fois lourd et léger qu’on salue les Chais Magelis, heureux de quitter le Festival Musiques Métisses sur une note si sucrée, et déjà aux aguets pour préparer le rendez-vous de l’édition 2020.

© Loïc Rochas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer

Des questions?

HIT THE ROAD EVENTS | info@hittheroad-events.com | 14 avenue Aubert - 94300 Vincennes, PARIS.

  • Contact


  • Subscribe error, please review your email address.

    Fermer

    You are now subscribed, thank you!

    Fermer

    There was a problem with your submission. Please check the field(s) with red label below.

    Fermer

    Your message has been sent. We will get back to you soon!

    Fermer