3 questions à… Giovanni Mirabassi (jazz)

3 questions à… Giovanni Mirabassi (jazz)

« 3 questions à… » est une rubrique qui permet à nos lecteurs de découvrir un artiste à travers de brèves confessions sur son rapport au voyage et à la musique.

Giovanni Mirabassi est sans doute l’un des jazzmen italiens les plus parisiens que l’on puisse voir sur scène. Installé depuis 1992 dans la capitale, il a connu son premier grand succès en 2001 avec Avanti !, un album de reprises de chants révolutionnaires internationaux, seul au clavier. Depuis, les disques et les collaborations se sont enchainés, et il fêtait cet automne ses 20 ans de carrière au Pan Piper : trois jours de concerts emblématiques et de featurings triés sur le volet, avec des pointures comme Sylvain Luc ou Sarah Lancman. À l’occasion de l’une de ces soirées, assis au bar encore à demi-fermé, nous avons évoqué ses premiers émois musicaux et ses coups de coeur nippons. 

« J’écoute tous les jours l’album You must believe in spring de Bill Evans, depuis 37 ans. »

 

Qui t’a le plus influencé musicalement durant ton parcours? 

Comme de nombreux italiens, mon père était à la fois mélomane et musicien amateur, et je suis né à Pérouse, une ville qui accueille l’un des plus grands festivals de jazz du monde, l’Umbria jazz. J’ai donc très vite été confronté à cette musique, non seulement au sein de la discothèque de mes parents, mais aussi en live : j’ai pu assister aux concerts de jazzmen mythiques depuis l’enfance, de Miles Davis à Charlie Mingus en passant par Bill Evans ! Alors évidemment, mon imaginaire sonore a eu de quoi se nourrir. Vers 10 ans, au détour de l’écoute d’un disque de John Coltrane, est née en moi l’idée de vouloir faire partie de ce milieu. Ce que j’entendais était tellement puissant et émouvant que je me suis dit : « quand je serai grand, moi aussi je serai musicien ! ». Et j’ai eu la chance d’y arriver. Chez moi, on avait un piano dans le salon, je suis allé très naturellement vers cet instrument quand j’ai commencé à marcher, et depuis je n’ai jamais arrêté. Concernant les musiciens qui m’ont influencé, je dirais spontanément Bill Evans. J’écoute tous les jours son album You must believe in spring depuis 37 ans, c’est dire. J’adore aussi le tango argentin, la chanson italienne ou encore Elton John qui est l’un des premiers que j’ai repris. Mais ce qui me fascine chez Bill Evans c’est qu’il n’a eu de cesse de jouer mieux que la veille. Il est de ces musiciens,  comme Bach ou Brahms, très exigeants, qui vont à l’essentiel, qui ont cet espèce d’amour intarissable de la musique, et je me sens de plus en plus proche de ces gens-là. J’essaie de faire de mon mieux, un peu à l’image de ce que Giacometti a dit un jour lors d’une interview. Le journaliste lui a demandé : « Maître, pourquoi ne faîtes-vous que des têtes ? », et il a répondu : « parce que je n’y arrive pas. ». Je trouve ça assez extraordinaire car ça en dit long sur le fait que la noblesse de nos oeuvres est dans l’effort que nous faisons pour être à la hauteur de nos attentes. Personnellement, j’essaie d’offrir au public la musique que j’aimerais qu’on me donne, du moins je tente. Dans ce domaine, on tend vers dieu, mais nous restons de pauvre humains.

Si tu pouvais jouer avec n’importe qui n’importe où, avec qui et où est-ce que ce serait ?

Je crois que j’ai réalisé tous mes rêves. Malgré tout, si c’était possible, organiser une petite soirée avec Charlie Parker au Cotton Club ou au Blue Note New York, ça me plairait bien. Pourquoi pas avec un petit boeuf ensuite chez la baronne  Panonnica… Mais j’ai joué avec le trio de Bill Evans (sans lui), avec Chet Baker, j’ai travaillé avec Hayao Miyazaki… j’ai eu déjà beaucoup de chance. Je me dis à mon âge que dans la vie il n’y a pas vraiment de hasard, et qu’entre nous on se reconnait comme des frères.

As-tu un lieu musical coup de coeur à faire découvrir à nos lecteurs? 

Dernièrement, je suis allé dans une petite salle toute rouge qui s’appelle Akaiheya, à Tokyo. Cette ville est marquée par une véritable histoire d’amour avec le jazz. Elle a mal commencé, puisque les américains sont arrivés au Japon avec leurs bombes et leurs avions, mais ils ont aussi emmené avec eux cette musique, et la rencontre a été très forte. Après la seconde guerre mondiale, de nombreux lieux sont nés. Les patrons de bars, voire les clients, avaient le droit de passer ces disques importés des Etats-Unis. Or, dans cet esprit, à 300m de ce club mythique, des anciens du Blue note Tokyo ont ouvert un petit bar-restaurant dans une cave qui doit faire 20m2. Tu rentres, le mur est couvert de vinyles, et tu écoutes des playlist fantastiques. C’est un endroit extraordinaire. Et il y a de fortes chances d’y croiser les musiciens qui viennent de jouer au Blue Note pour un dernier verre. Ce dernier reste sans doute le club que je préfère au monde. Avec mon ancien trio, j’ai fait trois disques coup sur coup. Pour le dernier album, on voulait que ce soit un live. On rentrait du Liban je crois, et dans l’avion j’ai proposé à mes musiciens que l’on écrive chacun sur un bout de papier le nom du club où l’on rêverait d’enregistrer. Et on a tous les trois écrit le Blue Note Tokyo. D’où l’enregistrement de ce disque, qui fut d’ailleurs un succès.

 

En concert les 2 et 3 janvier 2019 au Sunside (Paris)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer

Des questions?

HIT THE ROAD EVENTS | info@hittheroad-events.com | 14 avenue Aubert - 94300 Vincennes, PARIS.

  • Contact


  • Subscribe error, please review your email address.

    Fermer

    You are now subscribed, thank you!

    Fermer

    There was a problem with your submission. Please check the field(s) with red label below.

    Fermer

    Your message has been sent. We will get back to you soon!

    Fermer