Archive

3 questions à… Samy Thiébault

« 3 questions à… » est une rubrique qui permet à nos lecteurs de découvrir un artiste à travers de brèves confessions sur son rapport au voyage et à la musique.

Samy Thiébault est né à Abidjan d’une mère marocaine et d’un père français. Marié à une iranienne, amoureux des musiques caribéennes, ce saxophoniste de talent venu au jazz à l’âge de 25 ans parcourt des sentiers déroutants, tant mélodiques que métaphysiques. Avec Caribbean stories, projet qu’il présentera pour la première édition du festival Tropical Lab’ à la Cigale ce 31 janvier, il revisite les rythmes et pépites de ces rivages sud-américains teintés tantôt de soleil et tantôt d’étoiles.
Autour d’un café, accoudés à une table de bistrot parisien, nous avons retracé ce parcours coloré qui efface l’amertume, tel un petit morceau de sucre.

« À l’écoute du disque A love suprême de John Coltrane, j’ai compris que tout ce que je cherchais dans mes errances philosophiques et littéraires était là : j’avais une réponse physique et concrète à mes questionnements… »

 

Qui t’a le plus influencé musicalement durant ton parcours?

Je suis né  à Abidjan, en Côte d’Ivoire, en 1978, d’une mère marocaine et d’un père français. Mes parents y ont vécu longtemps avant que l’on rejoigne Bordeaux, j’étais encore petit à notre retour en France mais dès lors, l’Afrique de l’Ouest est devenue un fantasme pour moi. Je suis venu très tardivement à la musique. J’en ai fait en amateur dès l’âge de 8 ans, mais je ne me suis positionné en tant que professionnel que vers mes 25 ans. Jusqu’à mes 18 ans, même si je faisais de la musique, notamment avec mon père le week-end, je n’avais pas d’influences musicales très ancrées, à part les Doors, dont j’étais totalement fan. J’étais essentiellement passionné de littérature, de philosophie, de surf et de poésie… je faisais du jazz mais plutôt pour le plaisir. Toutefois, mon contexte de naissance m’a préparé à avoir les écoutilles ouvertes. Mon premier vrai choc musical, je l’ai ressenti vers 20 ans à l’écoute du disque A love suprême de John Coltrane, qui m’a complètement renversé. C’est comme si tout ce que je cherchais à comprendre dans mes errances philosophiques et littéraires était là, j’avais une réponse physique et concrète dans cette musique, une réponse profonde et joyeuse. Ça a été mon premier renversement. À 25 ans j’ai abandonné mes études de philosophie pour me consacrer au saxophone, je suis venu à Paris, et après j’ai tiré le fil de cet émoi-là. De Coltrane je suis arrivé à Wayne Shorter puis Sonny Rollins et Charlie Parker. J’ai continué de tirer le fil, de Charlie Parker à Debussy, de Debussy à Fauré, là j’ai commencé à m’intéresser à la musique française du début du XXème siècle… Soudain, j’ai eu l’impression de stagner. Non pas par rapport à ces découvertes, car tu n’as jamais vraiment fait le tour de ces génies-là, mais j’ai eu le sentiment de trouver une voie un peu close. À force de suivre les maîtres, le but c’est de se perdre soi-même, et il fallait que je me perde. Donc pour cet égarement, la première sortie de route que j’ai choisie a été les Doors, ils écoutaient énormément Coltrane. J’ai alors réalisé un projet en leur hommage, A Feast of Friends (2015), qui a commencé à m’ouvrir un peu plus les chakras. On a eu la chance de tourner dans le monde entier avec cet album, de voyager en Afrique, en Amérique du sud. À la même époque, j’ai rencontré ma femme et perdu mes deux parents. J’ai éprouvé une urgence d’écrire, instinctivement se sont manifestées les sonorités qui m’influençaient le plus directement : le Maghreb (je suppose de par le départ de ma mère), l’Iran (de par les origines de ma femme), l’Amérique du sud (car ce continent m’a marqué au fer rouge), et l’Afrique (berceau de mon enfance). Une fois que j’ai fini ce disque, j’ai voulu démarrer un autre projet avec un orchestre symphonique, qui sortira en septembre prochain, mais j’ai parallèlement eu l’impression que je ne pouvais pas continuer sans régler d’abord mon rapport avec les musiques de la Caraïbe. Parce qu’en allant en Amérique du sud, mon premier arrêt a été au Vénézuela, et j’ai pris une claque musicale et culturelle indescriptible ! Il restait en moi cette sensation de trainer une histoire d’amour platonique, il fallait que je la vive enfin, donc je me suis engouffré dans ce dernier projet, Caribbean stories, dont j’ai écrit les première notes en mai 2017.
En résumé, mes plus grandes influences ont été jusqu’à maintenant Coltrane, les Doors et les musiques des Caraïbes.

Si tu pouvais jouer avec n’importe qui n’importe où, avec qui et où est-ce que ce serait ?

C’est amusant parce que ça me rappelle une discussion qu’on a eu dans le train avec mes amis musiciens il y a trois ans, on se posait la même question. Je tournais à l’époque avec Adrien Chicot, Sylvain Romano, Philippe Soirat et Julien Alour (avec lesquels je joue toujours puisqu’on prépare ensemble le projet symphonique que j’évoquais plus tôt). Et à la surprise générale, j’avais répondu que c’était de jouer avec eux en ce moment-même. Est-ce que ma réponse serait différente aujourd’hui ? Je ne crois pas. J’ai la chance de jouer avec des musiciens incroyables. L’équipe de Caribbean stories est composée de Felipe Cabrera, Inor Sotologon, Arnaud Dolmen, Hugo Lippi, Ralph Lavital, Daniel Zimmerman, je me rends bien compte que je  suis extrêmement chanceux de jouer avec eux. Mais c’est surtout une philosophie de vie qui m’amène à cette réponse : seul le présent compte. Selon moi, la musique appelle le musicien. L’idée de me dire que je vais faire un concert avec Wayne Shorter ne m’excite pas particulièrement si je n’ai pas une idée très précise de la musique que je peux faire avec lui. Evidemment, me retrouver à faire un boeuf avec Jeff Tain Watts, j’adorerais. Mais en fait c’est assez facile de se retrouver dans ces conditions, ce n’est pas comme réaliser un projet de fond. Quand je joue cinq minutes avec mes élèves au conservatoire, c’est super aussi. Le partage doit être profond, qu’importe le lieu et le musicien. Il n’y a que l’échange et la liberté qui en découle qui comptent.

As-tu un lieu musical coup de cœur à faire découvrir à nos lecteurs?

Mon coup de cœur le plus évident en ce moment, c’est Caracas, au Vénézuela. C’est là-bas que j’ai découvert la musique de la Caraïbe, qui est immense. Mais il y a surtout une forme très spéciale de merengue qui ne se joue nulle part ailleurs, un tempo en 5/8 très difficile d’exécution  et sur lequel tout le monde arrive pourtant à danser. C’est une musique très riche, très complexe, et en même temps très populaire, très dansante : pour moi, c’est la quintessence de l’art. Le Vénézuela est une terre d’utopie, moins en ce moment malheureusement mais elle reste tout de même vivante, c’est un territoire où les gens ont inventé des choses qui n’avaient jamais été faites auparavant, et ils continuent  d’y croire malgré les difficultés. Du point de vue politique et humain, il y a une grande douleur ces temps-ci, c’est inévitable, toute radicalité pousse à cela . Mais en terme de richesse culturel, Caracas est un vivier incroyable de rythmes, d’instruments, de musiciens… c’est un mélange saisissant, que je n’ai jamais entendu ailleurs.

Samy Thiébault, Caribbean stories (2018) / Gaya Music production
© Youri Lenquette
Fermer

Des questions?

HIT THE ROAD EVENTS | info@hittheroad-events.com | 14 avenue Aubert - 94300 Vincennes, PARIS.

  • Contact


  • Subscribe error, please review your email address.

    Fermer

    You are now subscribed, thank you!

    Fermer

    There was a problem with your submission. Please check the field(s) with red label below.

    Fermer

    Your message has been sent. We will get back to you soon!

    Fermer