Archive

3 questions à… Dominique Fils-Aimé (soul jazz)

« 3 questions à… » est une rubrique qui permet à nos lecteurs de découvrir un artiste à travers de brèves confessions sur son rapport au voyage et à la musique.

Après Nameless, qui s’inspire des accents du blues, la chanteuse québecoise Dominique Fils-Aimé sillonne davantage les chemins d’un jazz libéré avec Stay tuned !, deuxième volet d’une trilogie qui entend célébrer la lutte pour l’émancipation de la communauté afro-américaine. Nommée Révélation Jazz Radio-Canada 2019, elle était à Paris les 2 et 3 décembre derniers. C’est avec une grande douceur et une profonde humilité qu’elle a convoqué le public du Duc des Lombards à suivre sa voie, faite d’engagement politique et de groove hypnotique.
Le lendemain, autour d’un café, elle a pris le temps de nous raconter son parcours, armée de son tendre sourire et de son ample regard sur le monde.

« Nina Simone a contribué à l’évolution aussi bien des femmes, en particulier noires, que des chanteuses. J’ai beaucoup de gratitude envers elle. »

 

Qui t’a le plus influencé musicalement durant ton parcours?

Je suis née et j’ai grandi à Montréal. J’ai été extrêmement influencée par les festivals et les événements de rue de cette ville, où la vie culturelle et artistique a une place prédominante. Chez moi, ma soeur pratiquait la musique classique et ma mère écoutait beaucoup de disques, en provenance du Mexique et d’ailleurs. Très jeune, j’ai été curieuse de découvrir de nouveaux genres. J’ai réalisé que je n’aimais pas un style de musique en particulier mais que je connectais avec certains artistes. J’ai énormément écouté BB King, Nina Simone ou Joséphine Baker, qui avaient des histoires personnelles fascinantes, mais aussi Bob Marley, Mariah Carey, Marilyn Manson, et beaucoup d’opéra par le biais de ma soeur. La chanson française est peut-être un des rares genres qui ne m’a pas touchée, hormis certains morceaux de Charles Aznavour et de Jacques Brel. J’étais plus attirée par l’apprentissage de nouvelles langues, des émotions qui pouvaient m’être transmises par la mélodie sans même comprendre les paroles d’une chanson. J’ai d’abord appris l’anglais à travers la musique. J’aimais jouer et collaborer, ajouter ma voix à différents styles, voyager et briser des barrières grâce au son. J’ai travaillé comme intervenante en soutien psychologique pour les employés, et comme c’était très difficile émotionnellement, je faisais de la musique pour me soulager. C’était ma thérapie personnelle, et je n’ai jamais arrêté. La transition avec le fait d’être musicienne professionnelle s’est faite de manière assez organique. À un moment donné, j’ai compris que c’était ce que je voulais faire. Ça me faisait du bien, et d’autres personnes avaient envie d’entendre ce que je faisais : c’était parfait. On allait pouvoir échanger, partager, comme je le faisais dans mon travail de thérapeute.

Le fait qu’on m’ait classée comme chanteuse jazz me convient, car pour moi le jazz c’est la liberté de créer. Académiquement, on a défini ce genre, on l’a codifié, mais en réalité il n’a pas de limites, c’est un état d’esprit dans lequel je me retrouve tout à fait. Mais si je devais vraiment me décrire, je dirais davantage que je fais de la soul parce que pour moi l’âme est vraiment le point de départ de ma musique.

Si tu pouvais jouer avec n’importe qui n’importe où, avec qui et où est-ce que ce serait ?

J’imagine que ce serait avec Nina Simone, n’importe où. Mais au fond j’aurais juste envie de la prendre dans mes bras et de la remercier. C’est quelqu’un qui a sacrifié sa vie pour la cause féministe, et elle a laissé des marques indélébiles pour un grand nombre d’artistes. On l’a tous entendue résonner en nous à un moment, dans notre mémoire collective. Elle exprimait beaucoup de colère, mon tempérament est un peu à l’opposé, néanmoins je respecte ça. Je pense que pour changer le monde il faut combiner plusieurs façons de manifester son ressenti. Elle a été punie pour la sienne, sa carrière en a énormément souffert, mais ça a contribué à  l’évolution aussi bien des femmes, en particulier noires, que des chanteuses. Donc j’ai beaucoup de gratitude envers elle.

Pour le reste, j’adore collaborer, en général. Je n’ai pas de critères précis, c’est vraiment l’émotion qui compte. Je pourrais travailler avec le duo Ibeyi, que j’adore, autant qu’avec Rihanna. Mais c’est sûr que je collaborerais davantage avec des femmes, car elles sont encore sous-représentées, il me tient à coeur que l’on progresse dans ce domaine.

As-tu un lieu musical coup de cœur à faire découvrir à nos lecteurs?

Un lieu qui m’a marquée est l’Opéra de Montréal. J’y ai souvent été car ma soeur était proche de  cet univers, j’ai suivi plusieurs de ses projets quand j’étais adolescente. J’ai toujours été impressionnée par le jeu des acteurs, et les décors, immenses. Ça me captivait, tous ces techniciens, tous ces gens qui avaient travaillé d’arrache-pied à la réalisation d’un spectacle aussi grandiose, tout ça pour que je sois là, à regarder un chef-d’oeuvre, tapie dans l’ombre…

 

Dominique Fils-Aimé, Stay tuned ! (2019) / Modulor
Fermer

Des questions?

HIT THE ROAD EVENTS | info@hittheroad-events.com | 14 avenue Aubert - 94300 Vincennes, PARIS.

  • Contact


  • Subscribe error, please review your email address.

    Fermer

    You are now subscribed, thank you!

    Fermer

    There was a problem with your submission. Please check the field(s) with red label below.

    Fermer

    Your message has been sent. We will get back to you soon!

    Fermer