Archive

3 questions à… Amparanoia (Espagne)

« 3 questions à… » est une rubrique qui permet à nos lecteurs de découvrir un artiste à travers de brèves confessions sur son rapport au voyage et à la musique.

Amparanoia, c’est ce rock latino sur lequel on dansait il y a plus de vingt ans : un mélange de fusion, de world, d’énergie explosive qui sentait la téquila et la bande à Manu Chao. De retour avec El coro de mi gente, Amparo Sanchez, figure de proue du groupe, n’a pas beaucoup changé. Le concert donné à l’Alhambra a vivifié l’assemblée qui chantait en écho des morceaux à l’ardeur toujours contagieuse. Après le concert, la chanteuse a pris le temps de nous parler féminisme et vibrations positives…

« Dans la vie, si tu accueilles les choses, tu les reçois au centuple. C’est pour ça qu’en ce moment je ne rêve pas, je vis. »

 

Qui t’a le plus influencé musicalement durant ton parcours?

J’ai grandi à Grenade, en Andalousie, au sud de l’Espagne. C’est une ville très particulière car elle est imprégnée, de par son histoire, de l’héritage marocain autant que de cultures musicales comme la rumba ou le  flamenco. J’ai grandi dans une maison avec cinq frères et soeurs qui écoutaient des musiques en tous genres, de Camarón à Police en passant par Bob Marley. De mon adolescence, je retiens surtout The Clash, qui a sans doute été un groupe fondateur pour moi. La musique latine aussi, évidemment, en particulier celle qui flirte avec d’autres styles, comme l’ont jouée la Mano Negra. J’ai eu la chance de devenir une très bonne amie de Manu Chao. On s’est connus à Madrid il y a 22 ans maintenant, et on est toujours restés très proches. Il a eu une grande influence sur ma musique et m’a enseigné beaucoup de choses. Mais j’ai été avant tout très sensible aux univers musicaux de certaines artistes féminines. Celle qui m’a le plus marquée est sans doute Billie Holiday. À mes débuts, je chantais du jazz et de la soul, je m’en suis beaucoup inspirée. Et les chanteuses latino-américaines comme Mercedes Sosa, La Lupe, Chavela Vargas ou Omara Portuendo ont également beaucoup compté dans mon parcours. C’est dans les paroles de ces artistes-là que j‘ai pu retrouver la poésie des textes, les revendications qui me touchent et qui concernent notre position de femme dans la société.

Si tu pouvais aller n’importe où, dans quel lieu rêverais-tu de jouer?

Je dois y réfléchir, car à dire vrai tous les endroits où je rêvais de jouer, j’ai fini par m’y produire. J’arrive à un moment de ma vie où je réalise que j’ai eu davantage que ce que j’avais jamais imaginé obtenir dans ma carrière musicale. J’ai joué avec de super musiciens, je me suis fait beaucoup d’amis sur la route, j’ai voyagé énormément, et le public est toujours présent, où que j’aille, quelque soit la langue du pays, seule la musique importe. On monte sur scène car il y a un « pourquoi », on a quelque chose à dire, à transmettre. C’est pour ça que je laisse ma famille, mes animaux, ma maison, parce que je sens que je dois dire quelque chose en tant que femme. Je reste donc friande de nouvelles expériences. Par exemple, dans quelques jours je vais partir au Brésil avec une poétesse brésilienne qui écrit des poèmes féministes très engagés. Je vais mettre ses mots en musique, c’est nouveau pour moi, je suis ravie de participer à cette un tel projet. Dans la vie, si tu accueilles les choses, tu les reçois au centuple. C’est pour ça qu’en ce moment je ne rêve pas, je vis. Je laisse venir les choses, et elles m’arrivent.

As-tu un lieu musical coup de cœur à faire découvrir à nos lecteurs? 

Le monde entier est musical. Il faut aller dans les quartiers, n’importe où. La musique est un passeport libre qui voyage partout. Quand je suis à Paris, dans le quartier de Montreuil, je me retrouve avec Aalma Dili et je voyage dans les Balkans. Pourtant, je suis à Paris. D’autres fois, je me balade au Brésil, j’y croise de la samba, et c’est merveilleux. En Amérique latine tu trouves plus facilement la musique dans la rue, en Andalousie aussi. Mais au fond où que tu ailles dans le monde il y a de la bonne musique à chiner, il suffit de bien la chercher.

El coro de mi gente, Amparanoia; 2018 (Pias)
3 questions à… Lula Pena (Portugal)

« 3 questions à… » est une rubrique qui permet à nos lecteurs de découvrir un artiste à travers de brèves confessions sur son rapport au voyage et à la musique.

Seule sur scène accompagnée de sa guitare, Lula Pena envoûte son public en lui proposant un voyage sans escale, un itinéraire où les morceaux s’escortent, se répondent, au fil des accords, comme les vagues se perdent en écume sur le rivage avant de rejoindre les flots. Après son concert à l’Alhambra dans le cadre du Festival Au fil des voix, la portugaise au timbre grave et à l’âme poétique s’est confiée à Hit the road le temps d’un verre de vin au Petit Cambodge.

« La musique acoustique me touche par sa capacité à produire de la magie à partir de presque rien. »

 

Qui t’a le plus influencé musicalement durant ton parcours?

Je suis née à Lisbonne et j’y ai grandi jusqu’à l’adolescence. Avec du recul, je pense que ma première influence a été la passion que mon père éprouvait pour la radio. Il la préférait à la télévision, même pour regarder les matchs de foot. Elle était contenue dans une sorte de meuble qui cachait à l’intérieur la télé, la radio, les vinyles, les cassettes… Je me souviens que c’était comme un laboratoire pour moi : je cherchais des fréquences, je guettais le bande FM, je trouvais ça si mystérieux… Inconsciemment, ça n’a pas été étranger à ce que je fais maintenant. Quant à mon frère, de 14 ans mon aîné, il jouait de la guitare et chantait très bien, je le rejoignais souvent pour l’accompagner à la voix. C’est un autodidacte, comme moi, il ne pouvait donc pas « m’enseigner » la musique. Je devais faire ce processus toute seule, et j’ai vite compris que c’est ce qui m’intéressait : explorer des possibles, forger ma propre expérience. J’ai été pendant longtemps un ermite avec une guitare à la main. Je ne pensais pas du tout faire une carrière musicale. Je jouais par pur plaisir. Mes amis et ma famille m’ont beaucoup encouragée, et d’un coup les choses ont changé. J’ai enregistré mon premier disque, le reste a suivi. Pourtant mon but n’a jamais été de devenir célèbre. La musique m’a toujours aidée à me sentir bien. Lorsque j’étais triste ou mélancolique, elle m’ apportait un soulagement. Elle est devenue comme une thérapie dont je ne peux me passer.

Hormis mes proches, certains artistes ont également eu une influence sur mon parcours, en particulier les musiciens solo, ceux qui apportent cette dimension presque chamanique dans leur musique, ceux qui transcendent la vie. Je cherche sans cesse à découvrir de nouveaux artistes qui ont la même perception que moi et semblent faire partie de la même tribu. Jeune, mon frère jouait souvent des morceaux de Simon and Garfunkel, nous chantions à deux voix : c’était une expérience incroyable ! Plus tard, j’ai plongé dans l’univers de la chilienne Violeta Parra : il y a des passages très denses dans sa musique, qu’elle arrive à jouer seule. C’est merveilleux de ressentir à la fois la force et la fragilité de ces musiciens. L’un d’entre eux m’a surprise : Robbie Basho, un américain. Il transcende l’instrument guitare. Harry Partch, lui, a inventé des instruments et créé une musique plus concrète et expérimentale, mais qui provoque une alchimie indescriptible… La musique acoustique me touche par sa capacité à produire de la magie à partir de presque rien.

Si tu pouvais aller n’importe où, dans quel lieu rêverais-tu de jouer?

J’aime les espaces qui ont une résonance, une réverbération naturelle. Je me souviens qu’au début, quand j’ai commencé à apprendre la guitare, je m’enfermais dans les toilettes. Les carreaux de céramique faisaient résonner le son, j’étais hypnotisée par cette expérience. C’est la première fois que j’ai senti la résonance du corps de la guitare et de mon corps, de nos deux corps ensemble. Plus tard, lorsque j’ai voyagé, je me débrouillais pour retrouver à chaque fois des lieux de passage qui avaient cette qualité sonore. Un jour, j’ai eu la chance de chanter dans une grotte à Lanzarote qui s’appelle la « Cueva de los verdes ». C’était extraordinaire. Ils ont construit un auditorium sous la terre. Pour l’atteindre, il faut descendre un sentier pendant dix minutes, l’impression est assez bizarre: tu croises des stalagmites, des petits puits d’eau qui reflètent les stalagmites, à tel point que tu as une sensation de vertige, tu ne sais plus où tu es… et tu arrives à l’auditorium, qui traduit parfaitement cette résonance naturelle. Je n’ai jamais retrouvé un lieu pareil.

J’ai dû bien sûr m’adapter à toute sorte de lieux et de contextes, c’est pour cela que mon répertoire a changé de cette manière. J’essaie de toujours pouvoir improviser en fonction des circonstances, parce qu’elles ne se répètent jamais. Chaque concert a ses humeurs, la chaise sur laquelle on s’assoit est différente : elle peut être plus confortable, moins confortable… et tu t’adaptes. Donc chaque lieu est différent. Ce serait utopique d’imaginer qu’il y ait un lieu où l’écho et la résonance changent chaque jour. Pour moi, ce serait le lieu idéal.

As-tu un lieu musical coup de cœur à faire découvrir à nos lecteurs? 

Je conseillerais d’aller au Chili. Au niveau historique, politique et anthropologique, les influences sont extrêmement nombreuses. Et le public est formidable. Il est sensible à tous ces accents qui m’intéressent : tribales, ethniques… Ce peuple a vécu une dictature violente, et on le ressent dans le répertoire des artistes chiliens, truffé de chansons engagées. Ils ont su développer une manière très naturelle et poétique de jouer. L’Amérique Latine est vraiment un continent à découvrir musicalement mais je crois qu’au Chili ou en Uruguay il existe des sonorités qu’on a encore peu l’habitude d’entendre en Europe. Dans ma musique, je pioche ici et là ces petits ingrédients, du nord au sud, pour en extraire un son qui puisse être de n’importe où.

 

Lula Pena, Archivo Pittoresco; 2018 (Crammed discs)
© Buddhy Lores

Prochaine date parisienne : le 25/05/18 à la Maison Populaire de Montreuil
Pour visualiser les prochaines dates européennes de Lula Pena : https://www.facebook.com/LulaPena.Music

Fermer

Des questions?

HIT THE ROAD EVENTS | info@hittheroad-events.com | 14 avenue Aubert - 94300 Vincennes, PARIS.

  • Contact


  • Subscribe error, please review your email address.

    Fermer

    You are now subscribed, thank you!

    Fermer

    There was a problem with your submission. Please check the field(s) with red label below.

    Fermer

    Your message has been sent. We will get back to you soon!

    Fermer