Archive

Le best-of des “3 questions à…”

Ce mois-ci, nous fêtons le premier anniversaire des interviews de poche HTR. Pour rappel, « 3 questions à… » est une rubrique qui permet à nos lecteurs de découvrir un artiste à travers de brèves confessions sur son rapport au voyage et à la musique.

Depuis janvier 2017, croisés à la sortie d’un concert ou d’une émission radio, à Paris ou dans le Sud de la France, treize artistes ont joué le jeu en nous livrant leurs souvenirs et leurs coups de coeur. En voici quelques morceaux choisis…

 

  • Girma Bèyènè, l‘un des maîtres de la musique éthiopienne des années 60 : “J’adore la chanson italienne. L’une de mes chansons préférées est « I miei giorni felici » de Wess and The Airedales. (…) J’ai déjà atteint mon rêve sans m’en rendre compte : celui de jouer ici, ce soir, à Paris. Je ne demande rien de plus maintenant.” 

Interview complète ici

  • Vinicio Capossela, inclassable rock-star italienne qui, le temps d’une bière à l’Alhambra, nous a parlé d’Homère et de tavernes…  :“J’aime beaucoup que la musique se joue dans des lieux où on peut aussi boire et manger, comme dans les tavernes grecques par exemple. Ecouter du rebetiko en Grèce a toujours été pour moi une grande source de joie : les voix s’unissent, on mange, on boit, et à un moment le chant s’installe. “

Interview complète ici

  • Aurelio, l’un des rares descendants de la tradition garifuna (Honduras) : “Je suis né dans la petite communauté de Plaplaya… J’ai grandi dans ce village qui doit compter près de 200 habitants et qui se situe à la frontière du Nicaragua, là où est installée l’une des premières communautés garifuna de la côte Atlantique.”

Interview complète ici

  • Nicolas Repac, musicien touche-à-tout qui transforme ce qu’il entend tel un alchimiste : “Mon premier souvenir musical remonte à mes 5 ans : j’écoutais la mire de l’ORTF en boucle en me tapant la tête en rythme contre le fauteuil ! Tous les jours ! Il n’y avait qu’une chaîne à l’époque.” 

Interview complète ici

  • Jowee Omicil, jazzman originaire d’Haïti qui a grandi à Montréal avant de s’installer à New York, à Miami et enfin à Paris : “Je me rends accessible en tant qu’instrument, en tant que passeur de sons, l’endroit où je joue n’a pas d’importance. Chaque situation est unique. Chaque fois que je me mets à jouer devant un public, mon set est différent, et le dernier est toujours le plus fort.”

Interview complète ici

  • Flavia Coelho nous a dévoilé des pensées plus intimes, sous le ciel étoilé de ce village provençal devenu Gréoux-de-Janeiro pour l’occasion… : “Je suis très citadine, et pour moi Paris réunit tout ce que j’aime en matière de musique. C’est pour ça que je m’y suis installée d’ailleurs, il y a une diaspora extraordinaire ici ! C’est cette diversité qui m’a amenée ici, cette magie de pouvoir se retrouver au fin fond de l’Afrique dans son propre quartier.” 

Interview complète ici

  • Arto Lindsay, bruitiste, hédoniste, guitariste, de retour en studio avec Cuidado Madame : “Ma mère avait une collection de vinyles  qui allait de la bossa nova de Joâo Gilberto au jazz de crooners comme Nat King Cole. Tous ces artistes ont éveillé ma curiosité auditive.”

Interview complète ici

  • Babx qui a fait une escale à La Cigale pour présenter le très beau Ascension“Je rêverais de jouer à Little Odessa, le quartier russe de New York. C’est un univers fascinant car on peut y voir se côtoyer l’océan, Brooklyn, une vieille fête foraine désaffectée en voie de démolition, des russes émigrés déambulant en chapka et vison, des ex-agents du KGB jouant aux échecs…”

Interview complète ici

  • Tigran Hamasyan, pianiste jazz d’exception qui nous a fait part de ses souvenirs et de ses élans du moment : “Mon oncle est sans aucun doute la personne qui m’a le plus influencé musicalement. J’avais à peine 4 ans lorsqu’il m’a fait découvrir le jazz. Il m’a permis de trouver ma voie.” 

Interview complète ici

  • Samuel Strouk, guitariste de talent qui a sorti son premier album Silent Walk en octobre dernier, un disque délicat et contrasté : “Quand on ferme les yeux, la musique nous ouvre d’autres mondes, on prend du recul. C’est d’ailleurs pour ça que j’ai appelé mon disque Silent walk : les yeux fermés avec une musique au creux de l’oreille, tu peux aller n’importe où…”

Interview complète ici

  • Denis Péan, la boussole du groupe Lo’Jo, qui vogue parmi des fleurs d’Orient ou d’Occident, au gré des instincts sonores cueillis en chemin : “Je n’ai pas de prédilection quant à l’endroit où jouer : une grande scène, un podium, un tapis… dans n’importe quel pays, c’est ma maison.”

Interview complète ici

  • Lucky Peterson, bluesman repéré par le contrebassiste Willie Dixon qui passait dans le club de son père, à Buffalo :“Mon père tenait un club de blues célèbre à l’époque, le Governor’s Inn, j’y ai vu des concerts formidables. Il m’a transmis la passion de la musique.”

Interview complète ici

  • Médéric Collignon, oiseau rare qui migre d’un univers sonore à l’autre, du jazz improvisé à la funk ou l’électro : “Je rêverais de jouer dans un endroit extrêmement généreux en résonance, où il y aurait  énormément d’écho, de réactivité. Ça provoquerait des avalanches, des variations de temps… un truc complètement mégalomane, que tu ne pourrais faire qu’une fois. “

Interview complète ici

3 questions à… Médéric Collignon

« 3 questions à… » est une rubrique qui permet à nos lecteurs de découvrir un artiste à travers de brèves confessions sur son rapport au voyage et à la musique.

Médéric Collignon est un oiseau rare. Migrant d’un univers sonore à l’autre, du jazz improvisé à la funk ou l’électro, il se nourrit d’ondes et de vibrations, animé par l’atmosphère et l’énergie des autres. De l’énergie, il en regorge, et de sa gorge nait cette harmonie entre ce qui l’entoure et ce qui l’habite. Être (plutôt qu’avoir) suprasensible et sensoriel, il a fait un tour de voltige l’été dernier pour les 40 ans du Festival Jazz à la Défense en participant à une création spéciale orchestrée par Andy Emler. À l’issue du concert, grisés par le champagne et les effluves de gaieté ambiante, nous avons piaffé en coeur, cage ouverte.

« On ne sait plus écouter. Pourtant, la nature chante sans arrêt. Si tu t’approches d’une fourmilière, ce que tu entends est inouï ! »

 

Qui t’a le plus influencé musicalement durant ton parcours?

Ce sont d’abord mes parents. À l’âge de 5 ans environ, j’ai découvert Maurice André dans une émission télé. À l’époque, il était considéré comme le trompettiste français le plus populaire du milieu classique, une vraie star internationale. Sans regarder l’écran, j’ai dit : « J’ai envie de faire de l’oiseau, comme le monsieur. » Mes parents m’ont donc inscrit au conservatoire de Charleville-Mézières. Tout a commencé en réalité par une erreur de perception.
J’ai ensuite été influencé par ma propre voix, qui m’a fait arrêter la trompette (je n’en joue plus depuis 26 ans). Ça semble un peu schizophrène mais c’est tout à fait naturel. La trompette ne ressemblait pas du tout à ma voix. Donc il fallait que je retrouve quelque chose de plus comique, de plus chaud. Mon professeur, Philippe Cocu, m’a prêté un cornet à pistons, puis j’en ai acheté un, puis un jour j’ai trouvé un cornet de poche, et de fil en aiguille le voyage intérieur s’est poursuivi et m’a permis d’affiner et de me rapprocher du son de ma voix. Je pense avoir plus ou moins trouvé, mais c’est sans doute encore une perception fausse… Je crois qu’au fond je me suis toujours trompé. Et c’est en un sens une troisième influence : l’objectif n’est pas tellement de trouver, mais de chercher. Avancer, découvrir, ressentir. Être le pire comme le meilleur. Être influencé par vous, les autres, ceux qui nous entourent. Ce soir par exemple, pour les 40 ans du Festival Jazz à la Défense, je jouais, je n’avais pas préparé de solo, rien de pré-établi. Et là, un enfant se met à crier. J’arrête alors ce gros son qui semble lui faire peur, je m‘approche de lui et une idée me vient. Puis je rebondis en voyant la lumière… un coup de vent s’intensifie, et je décide d’aller ailleurs… Je n’ai pas cessé de me faire influencer par tous ces éléments. Et par les visages des gens, décontenancés, ou amusés. Il faut être sensible à ce qui se passe autour de nous. Souvent, je joue et je répète des choses que je ne jouerai pas lors du concert. Ce qui va se passer sur scène est comme un différentiel. Il ne reste que l’essentiel. C’est un voyage constant, et ça ne coûte vraiment pas cher !

Si tu pouvais aller n’importe où, dans quel lieu rêverais-tu de jouer?

Je resterais quelque part sur terre, là où une vibration peut résonner, atteindre quelque chose. Peut-être que ce serait un endroit extrêmement généreux en résonance, où il y aurait  énormément d’écho, de réactivité. Ça provoquerait des avalanches, des variations de temps… un truc complètement mégalomane, que tu ne pourrais faire qu’une fois. Tu meurs après, mais tu l’as fait ! Tu as été totalement en osmose avec les éléments : le feu, l’air, le vent, tout… tu trouves la note qui fait trembler la terre ! Je suis un grand observateur de tout ce qui concerne les volcans. Je m’intéresse à la peau de la terre, celle qui sue de la lave, qui chie des lares, qui ravine tout sur son passage… j’aurais envie d’être dans cette partition, dans ces éléments-là pour voir s’il est possible de créer une sorte d’oeuvre totale, terrienne et absolue. Pour finir en beauté ! Mourir sur scène, et la terre serait ma scène.

As-tu un lieu musical coup de cœur à faire découvrir à nos lecteurs? 

Il faut aller dans les forêts, ou écouter l’eau des rivière. J’ai été il n’y a pas longtemps en Bretagne avec ma famille, et j’ai été transporté par un concert de l’Océan Atlantique. En fin d’après-midi, le soleil se couche, la mer monte, et elle offre une densité incroyable. Toutes les sept vagues, elle te ramène à ta petite taille. Il y a ces couleurs, cette mousse, ces variations à l’intérieur de chaque vague, et c’est un moment musical merveilleux pour celui qui écoute.
J’aime aussi les résonances dans les grottes : toutes ces petites gouttes qui tombent et qui fabriquent des stalagmites font une musique aléatoire. Dans les Ardennes, je travaillais le son au bord du Lac des Vieilles Forges avec Philippe Cocu. La forêt a comme un effet pulmonaire, elle te renvoie à toi et à tes problèmes harmoniques. Au fond, ce que je conseille aux gens c’est d’être plus sensibles qu’aujourd’hui. On ne sait plus se concentrer, on ne sait plus attendre ou se laisser pénétrer par la musique. Je me suis fait masser par un praticien chinois, et pendant la séance le type m’a dit : « si tu te défends, ça ne marchera pas ». Il ne pouvait pas me soigner si je ne me laissais pas aller. En musique c’est pareil. Il faut être sensible à l’autre. Et l’autre c’est la nature, les humains. On ne sait plus écouter. Pourtant, la nature chante sans arrêt. Si tu t’approches d’une fourmilière, ce que tu entends est inouï ! Tu vois ces petits livres pour enfants, où tu dois appuyer sur un bouton pour entendre le cri du lapin ou du chat ? Il n’y a pas un adulte qui sait comment ça sonne ! Il faut redevenir enfant. Ça nous permettrait à tous de réapprendre à respirer, comme les enfants, de savoir écouter ou imiter, comme eux.

Fermer

Des questions?

HIT THE ROAD EVENTS | info@hittheroad-events.com | 14 avenue Aubert - 94300 Vincennes, PARIS.

  • Contact


  • Subscribe error, please review your email address.

    Fermer

    You are now subscribed, thank you!

    Fermer

    There was a problem with your submission. Please check the field(s) with red label below.

    Fermer

    Your message has been sent. We will get back to you soon!

    Fermer